La Toscane : paysages mythiques et jardins de rêve

GRP 808 – Voyage accompagné par Joëlle Saccoman

La tradition des villas italiennes se perpétue au travers des siècles. Dans ses lettres, Pline le Jeune fournit de précieux conseils sur l’édification des villas, l’exploitation du paysage environnant, des pentes, des vents, de l’ombre, des plantes ou encore des vues.
Les villas de la Renaissance et du Baroque italiens accueillent personnages riches et puissants qui viennent s’y détendre et apprécier la tranquillité. Elles sont établies à la campagne ; les bâtiments, le jardin et le paysage forment un ensemble harmonieux.
Autre particularité : elles ont généralement appartenu à la même famille pendant des siècles, continuant ainsi les traditions.
Nous retrouvons tout cela lors de notre séjour toscan, de cités historiques exceptionnelles en propriétés privées aux magnifiques jardins restaurés, avec comme toile de fond le plus sublime des paysages. Un paysage célèbre et époustouflant de collines douces exaltées d’un vert brillant d’où émergent les mythiques cyprès et les vignobles ordonnés qui sculptent les coteaux vallonnés par l’intensité de leurs couleurs sombre ou argentée…

 

Le programme

Départ de Toulouse sur demande !

1er jour : Avignon – Lucca
Départ en bus d’Avignon pour Lucca. Déjeuner non inclus en cours de route.
La vallée du Serchio serpente entre les Alpes Apuanes et les Apennins, avant de déboucher sur la plaine de Lucques, dont la ville fortifiée est l’une des plus belles en Italie et recèle bien des trésors.
En plein cœur de la Toscane, blottie derrière ses remparts bastionnés des XVIe et XVIIe siècles, couronnés d’arbres, patrie de grands musiciens comme Puccini, Lucca est un véritable joyau artistique.
Dîner inclus dans un restaurant et nuit à l’hôtel à Lucca.

2ème jour : Lucca
Au détour de ses magnifiques places et de ses ruelles pavées, visite du Duomo San Martino, de l’église San Michele in Foro, de l’église San Frediano et de la piazza dell’Anfiteatro.
Visite du parc Pfanner, jardin à l’italienne typique aménagé par l’architecte Filippo Juvarra au XVIIIe siècle. L’intérieur du palais ne se visite qu’en partie, mais ce qui est remarquable c’est la vue que l’on a sur le parc et l’arrière du palais depuis l’escalier-loggia… surtout le parc fleurie. Le film Portrait of a lady de Jane Campion s’est tourné dans ces murs.
Déjeuner non inclus à Lucca.
La nature diversifiée de l’arrière-pays est le prélude à la découverte de cette célèbre campagne italienne. Au nord s’étend un paysage rural parsemé de nombreuses villas, représentatives de la culture et la société de la République Aristocratique de Lucca enrichie en particulier par le commerce de la soie, où souvent furent accueillis des rois et des ambassadeurs de divers pays.
Nous découvrirons la Villa Torrigiani, construite du XVIe au XVIIe siècle, qui offre aujourd’hui une magnifique synthèse des styles maniéristes, avec ses loggias palladiennes et baroques comme en témoignent ses exubérants décors sculptés.
L’intérieur de la villa est remarquable tant par les fresques pleines de verve de Dandini que par son riche mobilier.
Les bâtiments à l’entrée, le «Petit Paris», et les parterres réguliers de Le Nôtre, rappellent que le propriétaire de l’époque, Nicolao Santini, ambassadeur de la République de Lucques à la cour de Louis XIV, entretenait des liens étroits avec la cour de France.
Le jardin clos baroque présente un grand intérêt : des parterres de fleurs et de buis y relient un théâtral escalier à une grotte ornée de pierre ponce et de concrétions sculptées.
En contrebas, le jardin de Flore, aménagé pour la famille Santini en 1650, subsiste et dévoile ses secrets : des bassins, un théâtral escalier menant à la grotte des sept Vents pourvue à l’époque d’un complexe système hydraulique de jeux d’eau à surprise.
Au XIX° siècle, les jardins sont remaniés en style paysager à l’anglaise.
Sous réserve d’une possible réservation, nous verrons ensuite la Villa Mansi édifiée dans la deuxième moitié du XVI° siècle, célèbre pour les grâces de ses jardins et l’élégance de son architecture.
Sinon, de retour à Lucca, ceux qui le désirent pourront éventuellement voir le Jardin Botanique, au bord des remparts de la ville…
Dîner non inclus et nuit à l’hôtel à Lucca.

3ème jour : Les jardins des environs de Lucca
Le village de Collodi est dominé par la beauté fanée de la Villa Garzoni et de son jardin baroque, réalisés à partir des années 1630 et aujourd’hui propriété publique récemment restauré.
Le site, avec des jeux d’eaux spectaculaires, est un véritable jardin botanique présentant l’ancienne collection des Médicis, 500 variétés rares et exotiques de l’Extrême-Orient, mais aussi de nouvelles variétés plus récentes originaires de l’hémisphère sud.
Les vastes jardins à flanc de colline s’inscrivent dans un site impressionnant profitant d’une déclivité importante. Les terrasses à balustrades et les escaliers symétriques sont ponctués de nombreuses statues le long d’un axe central qui s’étend sur le flanc de la colline. À chaque terrasse, le promeneur peut s’engager dans des sentiers latéraux donnant accès à des espaces boisés et plus sauvages.
Au niveau supérieur, un escalier d’eau désaffecté donne sur des allées menant à un labyrinthe et à un théâtre de verdure en plein air.
Dans le parc, une serre de papillons à l’architecture très moderne ajoute à l’agrément de la visite, présentant une collection époustouflante de citronniers.
C’est un jardin de collection unique au monde, de plus de 200 variétés d’agrumes : Fruits et formes géantes de type à cornes, couleurs de feuillage sphériques et allongées, diverses et variées, senteurs et couleurs des coins les plus reculés de la terre…
Déjeuner non inclus.
À Marlia, la Villa Reale est la plus grande de toutes les villas lucquoises, résultat de quatre siècles d’intervention et de création dans ces jardins couvrant près de 20 hectares, dont le mur entourant le jardin mesure quatre kilomètres, la même longueur que les murailles de Lucques.
Villa des Évêques du XVIe siècle, le domaine est aménagé aux XVII° et XVIII° siècles pour la famille Orsetti, jusqu’en 1806, date à laquelle la sœur de Napoléon, Elisa Baciocchi, nouvelle princesse de Lucques et par la suite de toute la Toscane, décide d’acquérir la propriété, seul lieu de résidence convenant à son rang!
Elle crée un ensemble grandiose, en réunissant trois villas, réaménage en style Empire l’ancien palais Orsetti et sa loggia et conserve les splendides jardins des XVII° et XVIII° siècles, l’étonnant «Théâtre» de verdure, la «Peschiera», «l’Allée des camélias» et la «Grotte de Pan».
Après la chute de Napoléon, les ducs de Parme puis les grands-ducs de Toscane entrèrent en possession de la Villa, qui devint ensuite propriété du roi Victor-Emmanuel II, lors de l’unification de l’Italie. Ce dernier la céda au prince Charles de Capoue frère du dernier roi des Deux-Siciles, qui avait été déshérité à la suite de son mariage avec une Britannique, Penelope Smyth of Ballynatray. Le couple, romantique mais ‘’infortuné’’, passa le reste de sa vie à la Villa et fut enterré dans la chapelle du parc. Leur fils, connu pour sa manie de la religion et son comportement excentrique, était surnommé  » le prince fou « . Après sa mort, survenue en 1918, la Villa fut mise en vente afin d’acquitter ses dettes, les biens mobiliers mis aux enchères et bon nombre des arbres du parc abattus comme bois de chauffage.
Le comte et la comtesse Pecci-Blunt, parents des propriétaires actuels, achetèrent la propriété juste à temps pour arrêter la destruction du parc. Ils commandèrent la restauration du jardin à un célèbre architecte français, Jacques Greber, lequel créa en outre le  » Jardin espagnol « , des bois, des ruisseaux, et un lac, qui sont un complément harmonieux et romantique à l’ensemble des jardins classiques italiens remontant au temps des Orsetti.
Dîner non inclus et nuit à l’hôtel à Lucca.

4ème jour : De San Gimignano au Chianti
Route vers San Gimignano où nous arriverons après une petite ‘’randonnée’’ dans la campagne environnante, au milieu des vignobles de la Vernaccia, offrant de beaux panoramas sur le village.
San Gimignano  a conservé intacte son architecture défensive médiévale : étrange hérissement de maisons-tours des XIIe et XIIIe siècles.
Au cœur de la petite ville, la collégiale révèle une extraordinaire imagerie du Moyen Âge à travers les cycles de la Genèse et du Jugement Dernier, mais aussi l’art nouveau de la Renaissance, dans la chapelle Santa Fina peinte par le florentin Ghirlandaio.
A l’église San Agostino, le cycle de fresques de Benozzo Gozzoli apportera un complément inattendu au Saint Sébastien de la Collégiale.
Déjeuner non inclus.
Nous poursuivrons notre route vers la région du Chianti classico. Peu d’endroits au monde réussissent comme le Chianti à offrir des milieux aussi riches et suggestifs : des collines aux pentes douces, portant des forêts et des cyprès disséminés ci-et- là, des champs cultivés alternant avec des vignobles et des oliveraies, et puis des fermes anciennes, des églises paroissiales, des châteaux médiévaux et des bourgs antiques, qui tous nous racontent l’histoire de la région.
Et maintenant goûtons à l’hospitalité toscane dans la Ferme Auberge de Borgo Castelvecchi à 5 km de Radda in Chianti…
Cet ancien bourg médiéval fortifié, avec ses caves historiques et son ancien moulin à huile, proposent des chambres et appartements au charme d’antan, éparpillés entre l’élégante villa de maître du 18ème siècle et les maisons de campagne typiques en pierre situées dans la petite cour du Borgo, résidence d’époque de la région.
Notre séjour nous permettra de découvrir la zone du Chianti au travers de ses vins et de sa gastronomie mais aussi de parcourir de magnifiques paysages aux couleurs chatoyantes et pourquoi pas de finir la journée par quelques brasses dans la piscine avec une vue splendide sur la campagne toscane !
Toscane … mot magique qui évoque beauté et douceur de vivre. Toscane, région de douces collines arrondies hérissées de cyprès pointus, de vignobles, de routes sinueuses et de bourgs médiévaux.
Toscane, douce et reposante. Toscane, terre promise en quête de paix et de beauté.
Dîner inclus et nuit en ferme-auberge, au Borgo Castelvecchi prés de Radda in Chianti.

5ème jour : Le Chianti Classico
Près de Greve in Chianti, nous visiterons la Villa Vignamaggio petit bijou de l’architecture de la Renaissance, aux lignes pures et simples, situé dans un environnement de paysages magnifiques, très proche de celui qui l’a vu naître.
« Regarde, moi je suis un homme de la campagne : et tu veux savoir quel est le coin sur cette terre et sous cette voûte céleste qui me rend si heureux ? Ce lieu s’appelle Vignamaggio, du nom des vignes de Bacchus (« Vigna » en italien) et du mois le plus fleuri de l’année (le mois de mai, « Maggio »en italien). Il est en effet entouré de magnifiques champs de vignes, et le « genius loci » printanier méritait bien ce nom. C’est la Villa des Gherardi… »
Extrait d’une lettre de Valerio Chimentelli écrite à Alessandro Strozzi en 1659.
Le domaine historique, datant de 1300, est réputé pour la qualité de son vignoble mais il est également célèbre pour d’autres raisons : à Vignamaggio est peut-être née la «Mona Lisa», peinte par Léonard de Vinci, plus récemment, la villa a été choisie pour le tournage du film «Beaucoup de bruit pour rien» le film de Kenneth Branagh adapté de la pièce de Shakespeare du même nom.
Aujourd’hui, les vestiges de la ferme existent toujours, et les champs, les vignes, les caves, les oliviers, les tonneaux, les ruches et les jarres côtoient harmonieusement les tableaux, les tapisseries, les hallebardes et les voûtes en calotte.
Lors de la visite de la propriété, sera évoquée l’histoire de la Villa, dont la construction remonte au XVe siècle, et de son jardin qui a souvent été restauré au cours des siècles. La famille Gherardini (dont la Joconde était la descendante) fut propriétaire de la Villa au XVe siècle, et la famille des contes Sanminiatelli apporta d’importantes modifications au jardin dans les années 30.
Cette visite permettra d’illustrer les caractéristiques du jardin à l’italienne, comme par exemple, les allées, qui constituent de véritables axes de perspective, les « effets panoramiques » accentués par l’utilisation de terrasses et d’escaliers, et le retour aux formes architecturales classiques.
Nous vous montrerons également les différentes espèces de plantes qui composent le jardin : haies de buis taillées en figure géométrique, millepertuis, rosiers, cyprès séculaires, chênes verts taillés en forme conique et haies de genévrier ainsi que le magnifique potager…
Après la visite des caves, nous aurons l’occasion de faire une dégustation de Chianti produit sur le domaine de la Villa…
Déjeuner non inclus.
Le Chianti c’est aussi une succession d’églises paroissiales, d’abbayes, de bourgs qui s’étendent tout le long de la zone agricole, au sein d’un paysage plus marqué par la ruralité, celui qui appartient au « Chianti Classico » proprement dit : Radda, Castellina, Panzano, sont tous des bourgs circonscrits de collines couvertes de vignobles et d’oliveraies…
Dîner inclus et nuit en ferme-auberge, au Borgo Castelvecchi prés de Radda in Chianti.

6ème jour : Le Chianti Senese
Visite de la Badia a Coltibuono, un ancien monastère fondé en 1501 dans un environnement sauvage, dont les jardins, très simples, constitués de clos, encadrent la prestigieuse abbaye.
Celle-ci, à vocation agricole, a appartenu aux bénédictins jusqu’au début du XIX° siècle.
En 1810, sous la domination napoléonienne, les moines sont forcés de quitter Coltibuono. Dans les années suivantes, la propriété est vendue par le biais d’une loterie en 1846 et est achetée par Michele Giuntini, banquier florentin et ancêtre des propriétaires actuels.
Aujourd’hui, l’abbaye continue à produire du Chianti Classico et est devenue un haut lieu culturel.
Déjeuner non inclus.
Nous traverserons encore les villages de Gaiole, San Gusmè, Castelnuovo Berardenga…
Au sud-est, le Chianti apparaît moins sévère et la Toscane révèle d’autres couleurs, des paysages plus ondulés accompagnent la transition vers Sienne, ponctués par les alignements de cyprès, et l’ocre commence à se décliner sous le bleu limpide ou le couchant des ciels toscans.
A 5km de Sienne, la Chartreuse de Pontignano, fondée en 1343, est occupée par l’Université, mais il est possible de la visiter.
Les travaux de rénovation au cours des siècles n’ont pas altéré l’harmonie qui est la base de la vie des Chartreux; l’équilibre entre l’homme et la nature.
Depuis les trois grands cloîtres de la chartreuse on accède aux anciennes cellules typiques des moines chartreux…
Deux églises sont la preuve de la richesse artistique du lieu mais la plus incroyable est, en particulier, celle des moines.
Constituée d’une seule nef couverte de voûtes entièrement peintes à fresque par le florentin Bernardino Poccetti en suivant les canons de la peinture de la Contre-réforme, elle est surnommée ‘’la petite Sixtine’’.
Dans le splendide jardin, il y a des terrasses, des bassins de pisciculture, des tonnelles et un important potager.
Partout, sous différents points de vue apparaît au loin, omniprésente, la silhouette de Sienne…
Dîner non inclus et nuit à l’hôtel à Sienne.

7ème jour : Sienne
Journée consacrée à la visite de Sienne, grande rivale historique de Florence, qui a su préserver couleur, atmosphère et douceur de l’ancienne cité médiévale.
Au cœur et à la jonction des trois anciennes cités formant le centre historique de Sienne, s’ouvre l’espace extraordinaire de la Piazza del Campo.
Les plus beaux palais s’y exposaient autour du Palazzo Pubblico, l’un des plus élégants édifices civils gothiques de Toscane.
Dressant fièrement sa tour gibeline haute de 88 m, il conserve dans son museo Civico quelques chefs-d’œuvre : la Maestà et le Cavalier Guidoriccio da Fogliano au siège de Montemassi de Simone Martini, les précieuses peintures d’Ambrogio Lorenzetti évoquant les Effets du bon et du mauvais gouvernement.
Dédiée comme toute la ville à la Vierge Marie, le Duomo est une remarquable église gothique qui permet entre autres de suivre une histoire de la sculpture italienne de Nicolas Pisano à Michel-Ange. La Libreria Piccolomini est décorée d’un remarquable cycle de fresques dû à Pinturicchio.
Récemment découverte, la « crypte » de la cathédrale permet d’apprécier dans leurs étonnantes couleurs d’origine des fresques datant de la fin du XIIIe siècle.
Aménagé à la fin du XIVe siècle, le baptistère est un véritable chef-d’œuvre collectif tant sur le plan de son décor peint que sur le plan de la sculpture.
Offrant un inoubliable panorama sur la ville et la campagne environnante, le Musée de l’Opera del Duomo abrite le chef d’œuvre incontournable de l’école siennoise de peinture : La Maestà et la Vierge aux gros yeux de Duccio.
Les archives nationales sont un lieu émouvant où de précieux documents sont visibles dont une étonnante collection de Biccherne, reliures en bois de registres comptables, peintes par les plus grands artistes siennois.
Déjeuner non inclus à Sienne.
Pour notre dernière soirée nous serons accueillis par les aimables propriétaires de la Villa di Geggiano.
Pendant des générations, cette magnifique villa, résidence estivale peu habitée, n’a guère souffert du passage du temps, grâce aussi à l’effort du célèbre archéologue et historien d’art Ranuccio Bianchi Bandinelli (1900 – 1975) qui en fit sa résidence principale.
Cet ancêtre de la famille a écrit sur son amour pour l’endroit et en a encouragé la préservation, afin de le partager avec ses descendants, qui aujourd’hui y vivent et y travaillent à nouveau, fiers de cet illustre patrimoine.
Demeure aimée et vécue, admirablement conservée, l’intérieur de Geggiano frappe par l’unité de style qui touche jusqu’aux moindres détails de l’aménagement.
Elle présente au rez-de-chaussée un cycle de peintures murales du XVIIIe siècle évoquant les travaux agricoles des quatre saisons et à l’étage des appartements qui dégagent un air d’éternité.
Deux ensembles distincts, délimités par un mur d’enceinte, composent les jardins…
Dans la partie supérieure, un parterre inscrit entre la villa et le délicieux théâtre de verdure, à l’acoustique remarquable, dont l’hémicycle de laurier et de cyprès qui sert de mur de scène résonna des vers de Vittorio Alfieri, ami et hôte privilégié de la famille.
En contrebas, un potager ornemental qui s’ouvre sur un paysage grandiose, celui du Val d’Orcia à l’horizon et Sienne dont on aperçoit les campaniles du «Duomo» et du «Palazzo Comunale», à quelques kilomètres.
C’est dans ce cadre magnifique que nous dégusterons notre dernière soirée …
Nuit à l’hôtel à Sienne.

8ème jour : Sienne – Avignon
Retour en bus à Avignon. Repas en cours de route non inclus. Arrivée à Avignon. Fin de nos services.

* Pour des raisons techniques et / ou d’impératifs locaux, en fonction des horaires d’ouverture et des disponibilités au moment de la réservation, l’ordre du programme et des visites pourra être modifié.

Tarifs et Conditions par personne

Tarifs TTCBase 15 à 19 personnes
Chambre double1 895 €
Supplément chambre individuelle290 €

Conditions :

Nos prix sont calculés sur la base de 15 à 19 personnes. En dessous de ce nombre d’inscrits un supplément pourra vous être demandé afin de maintenir le départ du voyage. Dans le cas où le circuit ne regrouperait pas 10 inscrits, nous serions dans l’obligation de l’annuler.

Le prix comprend :

  • le transport en autocar privatisé de Grand Tourisme, selon le programme ci-joint, tous frais inclus
  • l’hébergement 7 nuits en hôtels 3* central (normes locales) et en agriturismo, petits-déjeuners inclus
  • les taxes de séjour aux hôtels
  • les repas comme indiqué dans le programme, soit 4 repas, dont 1 dîner spécial à la Villa di Geggiano
  • l’accompagnement culturel de Madame Joëlle Saccoman, conférencière spécialiste de la destination
  • les entrées dans les sites, musées et monuments mentionnés au programme
  • la location des audiophones pendant du 1er jour au 7ème jour
  • la visite et la dégustation à la Villa Vignamaggio

Le prix ne comprend pas :

  • les boissons
  • les repas libres comme mentionnés dans le programme
  • les dépenses personnelles
  • les pourboires usuels
  • les assurances assistance-rapatriement et annulation-perte de bagages. Elles sont facultatives et correspondent à 3,9 % du montant du voyage
  • toute prestation non mentionnée au programme

Formalités :

Les ressortissants français doivent se munir d’une carte d’identité ou d’un passeport en cours de validité. Si vous possédez une carte d’identité de plus de 10 ans (délivrée entre le 1er janvier 2004 et le 31 décembre 2013 et dont la validité est prolongée à 15 ans), nous vous conseillons vivement de vous munir d’un passeport en cours de validité.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *